Témoignages des participantes au stage femmes

Les femmes qui ont participé au séminaire Prendre le temps de se poser dans sa féminité témoignent.

Durant cette magnifique retraite où on prend le temps, Anne nous guide avec beaucoup d’amour, de subtilité et de joie à l’intérieur de nous… Tout en douceur j’ai pu atteindre des profondeurs en moi, j’ai pu accueillir et libérer des grandes blessures. Cette retraite m’a permis de me sentir profondément reliée aux femmes et à l’énergie féminine de l’univers. Avec cette connexion, je me sens portée et encouragée dans ma mission de femme sur cette terre.
Merci Anne, de tout mon cœur.

Carine, 48 ans

Pur bonheur. Ce stage m’a permis de recontacter mon essence féminine tout en douceur et dans la grâce. M’abandonner à ma « féminitude », m’ouvrir à ma sensibilité, redécouvrir la puissance de mes seins, c’est comme faire l’amour avec moi-même… et c’est délicieux. Les jours passent et cette force silencieuse continue de vibrer en moi. Merci Anne, merci pour ta belle présence et la qualité de ta transmission.

Femme, 57 ans

Un stage de silence pour retrouver l’essence de ma féminité, lavée des stéréotypes, attentes, jugements culturels ainsi que de mes propres croyances sur ce que c’est qu’être une femme. Un accompagnement cohérent et authentique qui a favorisé le partage de notre réalité à chacune, dans un accueil infiniment respectueux et chaleureux.

Femme, 58 ans

Intuitivement, j’ai toujours su que la sexualité classique me coupait de ma nature profonde de femme. Par conditionnement inconscient, pour faire plaisir au partenaire, par pression pour être un « bon coup », par mes blessures liées aux abus sexuels vécus, j’avais mis en place inconsciemment des stratégies qui m’ont éloignée de moi. Ça aurait pu durer encore longtemps, tant la surface pouvait paraître « normale » selon moi, j’étais multi-orgasmique et je me cachais derrière ça pour me raconter que tout allait bien. Mais une petite voix en moi me faisait ressentir que faire l’amour pouvait être bien plus grand, plus doux, plus intense…

Mais je n’avais pas les clefs pour m’aider à évoluer.

Le stage avec Anne m’a tout d’abord permis de refaire entièrement confiance à cette sagesse qui sait comment faire. Avec toutes ses propositions d’écoute subtile, à travers les méditations guidées, les explorations corporelles, mon lien avec mon corps s’est connecté. Je vis enfin l’unité Corps Esprit. Et mon corps sait faire, c’est cellulaire !

Dans un cadre sécurisant, entourée des autres femmes où nos cœurs se sont ouverts, nos regards se sont connectés, baignée de la douceur du subtil, j’ai ressenti pour la première fois mes seins être la porte de l’Amour et permettre à mon vagin d’être dans sa puissance de réceptivité. J’ai pu jouir de la sacralité du vivant.

J’espère depuis que toute Femme puisse se vivre dans sa puissance sexuelle, une puissance d’Amour illimitée qui nourrit, qui répare, qui enchante ! L’expression « faire l’Amour » prend enfin tout son sens !

Femme, 49 ans

Ce stage m’a aidée à me sentir beaucoup plus solidaire et complice des autres femmes.

Une femme, 61 ans

J’avais déjà participé à la retraite pour couples avec mon partenaire et ces 5 jours entre femme m’ont permis d’allumer une lumière supplémentaire sur le chemin de la sexualité consciente. J’y ai vécu comme une reconnexion profonde et archaïque à l’énergie de la femme que je suis et j’ai aussi beaucoup apprécié ce lien sincère et profond entre nous toutes bien au-delà des mots. Merci Anne »

Femme, 42 ans

Deux mois après le stage, je sens que les acquis s’inscrivent de plus en plus dans mon corps: plus de ressenti intérieur, de douceur intérieure…
Plus d’affirmation de ma féminité, de confiance dans ma féminité.

Une femme, 55 ans

Dans la méditation sur les seins, j’ai senti sans le vouloir mon vagin s’ouvrir, ça m’a beaucoup touchée de ressentir cette connexion qui existe entre mes seins et mon vagin, au delà de moi.

Femme, 51 ans

Faites connaitre Slow Sex

Partagez notre site pour faire découvrir Slow Sex à vos amis ! Merci pour votre soutien, Anne et Jean-François